Tchernobyl: Les volontaires
Tchernobyl: Les volontaires

L’année 1986 a définitivement mis fin aux illusions sur l’existence d’un atome «Pacifique”. La quatrième unité nucléaire, qui a explosé à la centrale nucléaire de Tchernobyl est devenue une sorte de Rubicon nucléaire, après quoi toute l’histoire de l’énergie nucléaire avec son préfixe symbolique «atome Pacifique» a fait l’objet d’une expertise totale. Cultivant de toutes les tribunes la devise sur l’utilisation de l’atome à des fins pacifiques, l’humanité ce n’est qu’après l’accident de Tchernobyl a compris, quelle force terrible elle a réellement rencontrée.

A cette époque, il y a 33 ans, des milliers de personnes ont été jetées sur la liquidation des conséquences d’une catastrophe provoquée par une réaction technique en chaîne à une tentative de mener une expérience «Pacifique».

Voici les souvenirs de ceux qui, parmi les soi-disant premiers «volontaires», sont arrivés sur les lieux de la tragédie immédiatement après la catastrophe. Qu’est-ce que cela signifiait pour eux d’être volontaire? Ont-ils compris où ils étaient emmenés, savaient-ils ce qui les attendait?

Nous avons compris qu’il n’y avait pas d’issue…

“…Selon des informations officielles, à proximité critique de la quatrième unité de puissance détruite seul la technique radiocommandé devait y être et fonctionner. Elle était dirigée par des personnes d’une distance plus ou moins sûre. Mais dans la pratique cette technique se cassait souvent et puis les gens devaient aller au plus profond. Qui étaient ces gens-on le sait: les employés de la centrale nucléaire, les pompiers, les soldats conscrits, ainsi que ceux qui sont venus de la réserve, les policiers, les mineurs. Tous seront ensuite appelés “partisans de Tchernobyl”.

Le plus souvent ils prenaient des médecins et des conducteurs, sans parler d’une composition hautement spécialisée–mécaniciens, chimistes, communicateurs, etc. Certains médecins directement du bureau de travail ont été emmenés à un point d’urgence. La convocation a été apportée lors de l’admission des patients. Ils n’ont eu que quelques heures pour se préparer.

Partisans de Tchernobyl

Il y avait beaucoup de volontaires et de passionnés qui, seulement après leur arrivée à la centrale nucléaire de Tchernobyl, ont commencé à comprendre ce qu’ils devaient faire. Certains transportaient du sable, des gravats, posaient du béton, ramassaient et transportaient des ordures dans des décharges . D’autres creusaient un tunnel sous le coeur du réacteur, s’occupaient du pompage des eaux souterraines. Les volontaires ont construit des digues sur la rivière Pripyat, après avec l’aide de l’inventaire économique le plus ordinaire ils ont chargé “l’imprégnation» sur des camions et puis avec lequel ils ont dilué le liquide radioactif.

Ce sont eux qui ont lavé les locaux internes de la centrale nucléaire avec un décontaminant, rempli les fenêtres de plomb, nettoyé les piles de graphite radiatif dispersés partout au moment de l’explosion. Les gens ont compris qu’il n’y avait pas d’issue. À tout prix, même au prix de leur vie, mais il fallait construire un sarcophage en béton au-dessus des restes du réacteur qui a explosé pour bloquer le plus rapidement possible l’accès du vent et de la pluie aux résidus de rayonnement.

Tous ceux qui travaillaient sur l’un ou l’autre secteur d’élimination des conséquences de l’accident ont été emmenés au travail par deux modes de transport. Ils ont d’abord été chargés dans des camions ordinaires et transportés jusqu’à Tchernobyl. Là, la soi-disant “zone propre” se terminait. Puis il y a eu un redémarrage dans un véhicule spécial, recouvert de feuilles de plomb de l’intérieur. À l’arrivée chacun a reçu une combinaison de protection et un respirateur.

À l’époque, il n’y avait pas d’autres vêtements spéciaux et donc on pensait que les respirateurs-pétales, combinaisons de protection, gants et bottes en caoutchouc – étaient presque la «meilleure tenue» que l’on puisse imaginer pour ne pas attraper la maladie des radiations.

Tous les volontaires travaillaient par quarts, le quart durait dix minutes toutes les heures. Tout le travail n’a pas duré plus de 5-6 heures. Ce temps était suffisant pour obtenir la dose maximale de rayonnement. Après chaque phase de travail la procédure de lavage et de nettoyage dans le laissez-passer sanitaire était obligatoire.

Quand une personne a reçu la dose maximale de rayonnement, elle a été renvoyée chez elle. Les volontaires qui sont partis ont été remplacés par les nouveaux arrivants. Et encore une fois ils ont démarré le convoyeur: après avoir reçu le maximum autorisé de 25 rayons x, ils sont rentrés chez eux.

Au début, la norme était presque deux fois plus élevée. Mais après, sur ordre de la direction, ils ont commencé à calculer la norme de pas plus de 2 rayons x par jour. Certains qui voulaient rentrer à la maison le plus rapidement ont grimpé, comme on dit, en enfer et ont reçu une dose admissible de rayonnement non pas pour un mois, comme tous, mais en 5-10 jours de travail.

Après avoir reçu la dose et le sceau correspondant sur le billet militaire, les volontaires sont rentrés chez eux, succédant ainsi une énorme chaîne de “partisans de Tchernobyl”.